LE MOT UDJUWA

Les éditions Kalamu des îles, à travers son spécialiste de la langue comorienne, le linguiste Saïd Soilihi (Paix à son âme), avait cette ambition d’aider le comorien à penser la langue et ses éléments pour qu’ils n’aliènent pas sa pensée mais lui permette au contraire de retrouver son authenticité. Aujourd’hui, Kalamu des îles  vous propose Le mot « ntsoma »  avec toutes ses connotations. Bonne lecture, chers amis(es)!

Dans la langue comorienne, on peut parler de pouvoir des mots mais également d’un jeu de mots. C’est dans ce dernier où réside la richesse de notre langue. Il suffit d’ajouter un suffixe, affixe ou préfixe ou le remplacer par un autre, introduire une lettre dans un mot pour diversifier le contexte sémantique. Il convient de procéder à l’opération de dérivation pour apprécier cette richesse mais aussi la complexité du comorien. Nous allons jouer aujourd’hui avec le mot « udjuwa »

Littéralement, le mot udjuwa veut dire « savoir » ou « connaître ». En introduisant la lettre l entre u et wa, on aura udjulwa qui veut dire être connu. Quand il s’agit d’exprimer la réciprocité, on fait appel à un autre suffixe lana ; nous aurons alors udjulana, se connaître. Pour manifester sa reconnaissance envers quelqu’un, on fait appel au suffixe liya qui nous donne udjuliya reconnaître. Dans la phrase yemwidzi hadjulihana, nous avons un autre suffixe lihana qui nous apporte un autre sens. Udjulihana signifie être découvert. Si nous jugeons nécessaire de poursuivre notre jeu, nous allons remplacer le wa de udjuwa par za et cette fois-ci nous aurons udjuza qui signifie faire connaître ou informer. Avec le mot udjuza, on peut ajouter na à la fin pour obtenir la réciprocité udjuzana signifiant s’informer mutuellement. Le jeu peut continuer en introduisant li entre udju et za. On a alors udjuliza qui veut dire informer quelqu’un ou présenter quelqu’un. Comme le jeu est très passionnant nous poursuivons notre découverte du comorien en ajoutant le suffixe iwa pour avoir udjuliziwa être présenté. Tsidjuliziwa yemwana djana. La découverte se poursuit cette fois-ci j’introduis l’affixe dji entre u et djuliza et nous aurons un verbe réfléchi udjidjuliza qui veut dire se présenter.

Avec le mot udjuwa nous avons procédé à 9 manières.

Le Shingazidja pour tous est un petit ouvrage de   poche,  édité pour soulager ceux qui veulent s’exprimer en shingazidja mais qui n’ont pas le temps d’utiliser les manuels d’expressions écrites existant. Le Shingazidja pour tous se veut alors un guide linguistique qui servira de base pour parler facilement le Shimaore.

Il s’agit donc d’un livre dont l’objectif principal est d’aider à construire des messages simples, courts et clairs. A s’exprimer dans un langage aussi correct et structuré. A donner des notions de base à l’apprentissage de cette langue.

Il n’est pas alors question dans cet ouvrage d’assimiler des règles de grammaire ni d’apprendre à construire des phrases longues et complexes. La simplicité de votre expression est l’option qui y adoptée.

Pour les amateurs qui souhaiteraient un jour s’approprier cette langue avec l’intention de se perfectionner et poursuivre l’apprentissage du Shimaore d’une façon approfondie, grammaticalement, lexicalement ou pour avoir une information sur la culture comorienne à travers les textes d’étude proposés, nous vous recommandons de vous procurer  des ouvrages susceptibles de vous apporter tout ce dont vous aurez besoin.

Il s’agit des ouvrages, édités par le même auteur: Pratique de la conjugaison du comorien, et Déclinaisons des verbes du comorien, Shimaore pour tous  et publiés aux éditions Kalamu des îles.